Rechercher dans ce blog

jeudi 12 décembre 2013

Dix mots pour la nuit , dix mots pour un feu (Sonnet)








Si allumer le feu...

Si allumer le feu, c'est ambiancer la nuit,
Enlivrez-vous de tracts, enlivrez-vous de Marx,
Charivari, tohu-bohu, faisons du bruit,
Les nuées en Zig-zag ont dévié de leur axe.

A tire-larigot, clous d'or sur ciel qui luit ;
La lune, à décrocher,  porcelaine de Saxe;
Hurluberlus timbrés-  ouf !-le froid se réduit,
Feu de camp de  vacance où chacun se relaxe.

Mais laissés sur le sable, lassés de fariboles, 
A défaut de la mer, le ciel se fait  obole ,
Car le feu,  compagnons,  est un hypnotiseur.

Si allumer le feu, c'est déchirer le voile,
En allumant le feu, chauffons dans la noirceur,
Nous allumons le feu, créateurs d'une   étoile.


Miss Yves
.........................................................................................................................................
Note :

http://www.chaufferdanslanoirceur.org/

"Chauffer dans la noirceur "est un festival de musique, créé en 1993 par une association Coutançaise, se déroulant  tous les ans au mois de juillet.
...........................................................................................................................................................


2014 : La nuit

2014 : La nuitZazie Mode d’Emploi vous invite à triturer, malaxer, détourner, frelater, métamorphoser, calligraphier, traduire, remanier, mettre en musique, travestir ou bande-dessiner cet extrait de Mek-Ouyes chez les Testut, paru dans Mek-Ouyes amoureux chez P.O.L. en 2006. L’histoire remonte à 2004, en direct l’ultime combat du personnel : « Les constructeurs de balances de l’usine béthunoise ont lutté, pied à pied, coude à coude et la main dans la main pour que la fermeture de leur usine ne signifie pas, dans la foulée, celle de leur gueule » rapporte le camarade Jouet, feuilletoniste, dramaturge, romancier, voyageur et poète aux sources d’une œuvre diluvienne.
– La nuit... Quand nous aurons allumé le feu, nous ne pourrons plus voir la nuit. Quand il y a le feu, il n’y a plus que le feu qui compte. Le feu est un hypnotiseur. Ce soir, regardez, le ciel a chassé tous ses nuages pour nous ! Il a fixé au plafond ses punaises de cuivre, avec une lune élégante en arrondi d’ongle soigné. Il n’en fait que plus frisquet, bien sûr, mais on respire, mais on s’aère, c’est les vacances et le camp de vacances ! C’est vrai qu’il manque la mer, mais le ciel n’est pas mal non plus comme image de l’infinitude. On ne s’attendait pas à partir en vacances aussi vite, et peut-être aussi longtemps. Regardez cette étoile, je la vois, tu la vois, et pourtant elle n’existe plus, s’il faut en croire les affaires de vitesse de la lumière.


.

........................................................................................................................................

Aucun commentaire:

Publier un commentaire